L'argent colloïdal comme produit antiviral potentiel

 

 

 

Les infections virales constituent des défis importants au niveau de la santé mondiale, notamment du à l'apparition de souches virales résistantes ainsi qu'aux effets secondaires indésirables associés à une utilisation prolongée des médicaments actuels.

 

Cela rend nécessaire le développement de remplacements sûrs et puissants aux antiviraux classiques. Dans le scénario actuel, les matériaux nanométriques ont émergé comme de nouveaux agents antiviraux de par leur composition chimique unique et leur propriété physique. Les nanoparticules d'argent ont surtout été étudiées pour leur potentiel antimicrobien contre les bactéries, mais il a aussi été prouvé qu'elles peuvent être actives contre plusieurs types de virus, y compris le virus humain d'immunodéficience (VIH), le virus de l'hépatite B, le virus de l'herpès simplex, le virus respiratoire syncytial et le virus de la variole du singe.

 

L'utilisation de nanoparticules métalliques fournit une opportunité intéressante pour de nouvelles thérapies antivirales. Les métaux peuvent attaquer un large éventail de cibles dans le virus, et il est possible de développer une résistance inférieure par rapport aux antiviraux conventionnels. La présente revue se concentre sur le développement de méthodes pour la production d'argent colloïdal et sur son utilisation en tant que thérapeutique antiviral contre les virus pathogènes.

  

 

MAIL

 

 

 

CONTACT

Institut Katharos

59 bd de la République

Aix-en-provence - 13100

FRANCE

0 805 38 43 43

ACHETER

 

 

 

 

Un spray de 100 ml  contenant  de l’argent colloïdal d’une grande pureté.
                                
En savoir plus >

Solution d’argent colloïdal 100% naturelle. Recharge 500 ml.
                                 En savoir plus >

L’argent colloïdal n’a plus de secrets pour vous ! Voici le format 1L à prix compétitif.
                                 En savoir plus >

Contactez-nous à contact@institut-katharos.com pour connaître nos conditions.