LES ANTIBIOTIQUES, UNE HISTOIRE RÉCENTE

Les infections sont très fréquentes et responsables d'un grand nombre de maladies affectant la santé des humains. La plupart des maladies infectieuses sont causées par des bactéries. Les infections causées par des bactéries peuvent être évitées, gérées et traitées par un groupe de composés anti-bactériens appelés antibiotiques.

Le terme antibiotique a été utilisé la première fois en 1942 par Selman Waksman et ses collaborateurs dans des articles de journaux pour décrire toute substance produite par un micro-organisme qui est antagoniste à la croissance d'autres micro-organismes en haute dilution.

Le premier antibiotique découvert a été appelé la pénicilline par Alexander Fleming en 1929. Cette définition exclue des substances qui tuent les bactéries, mais qui ne sont pas produites par des micro-organismes. Elle exclu  également des composés antibactériens de synthèse tels que les sulfamides.

 

Avec les progrès de la chimie médicinale, la plupart des antibactériens modernes sont créés via des modifications semi-synthétiques de divers composés naturels.

 

01   Les antimicrobiens naturels sont en fait très anciens

Avant le début du 20e siècle, les traitements contre les infections étaient fondés principalement sur des remèdes traditionnels. Les mélanges avec des propriétés antimicrobiennes qui ont été utilisés dans les traitements d'infections ont été décrits il y a plus de 2000 ans dans la pharmacopée de l'époque. De nombreuses cultures anciennes, y compris d'Ayurveda (Inde actuelle), les anciens Egyptiens et les Grecs de l'antiquité, utilisaient des moisissures et des plantes spécialement sélectionnées pour traiter les infections.

 

 

02   L'émergence des antibactériens synthétiques

La chimiothérapie antibiotique synthétique et le développement des antibactériens a commencé en Allemagne avec Paul Ehrlich dans la fin des années 1880. Ehrlich a noté que certains colorants coloraient certaines cellules humaines, animales et cellules bactériennes, tandis que d'autres fois, elles restaient insensibles à la coloration et conservait leur couleur d'origine. Il a ensuite proposé l'idée qu'il pouvait être possible de créer des produits chimiques qui agiraient comme un médicament sélectif qui se lierait et tuerait les bactéries sans nuire à l'hôte humain. Après le dépistage de centaines de colorants contre divers organismes, il a découvert le salvarsan, un antibactérien synthétique qui est connu aujourd'hui sous l'appellation arsphénamine.

 

03   L'arrivée de la thirothrycine

En 1939, coïncidant avec le début de la Seconde Guerre mondiale, René Dubos découvra le premier antibiotique d'origine naturelle dénommé la tyrothricine, qui est en fait composé de 20% de tyrocidine et 80% de gramicidine. Il a été l'un des premiers antibiotiques vendu dans le commerce et a été très efficace dans le traitement des plaies et des ulcères au cours de la Seconde Guerre mondiale. Cependant, il ne pouvait pas être utilisée systématiquement en raison de sa toxicité. La Tyrocidine s'est également avérée être trop toxique pour un usage systémique. Les résultats de recherche ne furent pas partagés entre l'Axe et les Alliés pendant la guerre.

 

 

04   Et enfin... la pénicilline

Les effets de certains types de moisissures sur les infections avaient été remarqués à plusieurs reprises au cours de l'histoire. En 1928, Alexander Fleming a remarqué le même effet dans une boîte de Pétri, où un certain nombre de bactéries pathogènes ont été tuées par un champignon du genre Penicillium. Fleming attribua l'effet antibactérien à un composé qu'il nomma pénicilline. Il avança que ces propriétés antibactériennes pourraient être exploitées pour la chimiothérapie (n'avait pas la même connotation contre le cancer à l'époque, la chimiothérapie signifiait simplement l'utilisation de substances chimiques pour lutter contre la maladie). Cependant, les quelques années sur lesquelles il fit ses expériences n'enregistrèrent pas de résultats concluants. Il abandonna donc ses travaux sur la pénicilline pour se consacrer à d'autres travaux.

 

 

Ce sont Florey et Chain qui ont réussi à purifier la première pénicilline, la pénicilline G, en 1942. Cependant, l'antibiotique était uniquement distribué à l'armée alliée jusqu'en 1945.

La structure chimique de la pénicilline a été déterminée par Dorothy Crowfoot Hodgkin à cette même période. La pénicilline purifiée afficha une puissante activité antibactérienne contre une large gamme de bactéries tout en montrant une faible toxicité chez l'homme. En outre, son activité bactériologique n'a pas été inhibée par des constituants biologiques tels que le pus, contrairement aux sulfamides synthétiques. La découverte d'un tel antibiotique puissant fut sans précédent, et le développement de la pénicilline conduisit à un regain d'intérêt pour la recherche de composés antibiotiques pour une efficacité et une tolérance similaires. Suite au succès de la pénicilline, que Fleming avait découverte par hasard, Ernst Chain, Howard Florey et Flemming reçurent le prix Nobel de la paix en 1945.

 

Cependant, depuis les années 90 les antibiotiques connaissent une forte baisse d'innovation et d'efficacité contre les bactéries, d'où l'importance de l'argent colloïdal comme éventuel alternative en tant qu'antibiotique naturel.

 

SOURCES

 

 

01. History of antibiotics : http://old.lf3.cuni.cz/studium/materialy/infekce/en_atb.pdf

 

02. Antibiotics post-penicillin : http://www.histmodbiomed.org/sites/default/files/44828.pdf

 

03. Medicinal chemistry of antibiotics : http://tch.ucsd.edu/chem259/259_lecture_02_2012.pdf

 

 

 

MAIL

 

 

 

CONTACT

Institut Katharos

59 bd de la République

Aix-en-provence - 13100

FRANCE

0 805 38 43 43

ACHETER

 

 

 

 

Un spray de 100 ml  contenant  de l’argent colloïdal d’une grande pureté.
                                
En savoir plus >

Solution d’argent colloïdal 100% naturelle. Recharge 500 ml.
                                 En savoir plus >

L’argent colloïdal n’a plus de secrets pour vous ! Voici le format 1L à prix compétitif.
                                 En savoir plus >

Contactez-nous à contact@institut-katharos.com pour connaître nos conditions.