ARGENT COLLOÏDAL : UNE HISTOIRE MILLÉNAIRE

L'utilisation du métal argent comme antiseptique n'est pas nouvelle. Nous retrouvons des écrits datant de plusieurs millénaires avant notre ère pour des usages divers et variés, et ce, dans de nombreuses civilisations. Au cours des siècles, les processus de fabrication d'argent se sont améliorés pour obtenir ce que l'on appelle communément aujourd'hui l'argent colloïdal: un puissant antibactérien, antivirus, antifongique et antiparasite.

 

01   Quand antiquité rime avec argent(é)

L'argent métallique était connu des Chaldéens (Mésopotamie)  4000 avant notre ère, et il était le troisième métal connu pour être utilisé par les Anciens, après l'or et le cuivre. Il en allait de même pour les Grecs et Romains qui ont utilisé de l'argent métallique sous des formes diverses et variées, que ce soit pour conserver les aliments ou préserver de nombreux liquides.

 

Par exemple, l'historien Hérodote affirmait qu'aucun roi Grec ne buvait de l'eau qui n'avait été transportée et conservée dans des récipients d'argent.

C'était d'autant plus important lorsque les Grecs étaient en guerre et que l'eau n'était pas facilement accessible, ils avaient compris que l'argent agissait comme un purificateur.

 

Aussi, Hippocrate, père fondateur de la médecine occidentale, utilisait des préparations d'argent pour le traitement des ulcères et pour promouvoir la cicatrisation des plaies. Il est probable que le nitrate d'argent a été utilisé également médicalement, car il a été mentionné dans une pharmacopée publiée à Rome en 69 B.C.E.

 

 

 

02   1er au 19ème siècle : deux millénaires en or

 1. En 78, Pline l'Ancien, dans son livre "Histoire naturelle", indique que l'argent possède de nombreuses propriétés thérapeutiques et qu'il se révèle "très efficace dans la cicatrisation des blessures, notamment quand il est incorporé au plâtre."

 

2. Le premier usage commun de nitrate d'argent utilisé comme un agent médical a été rapporté par Gabor (connu sous Jabir Ibn Hayyan) en 702-705. Il est reconnu comme étant le père fondateur de la chimie moderne et écrira plus de 2,000 traités.

 

3. Ensuite, en 980, Avicenne (connu sous Ibn Sīnā) utilisa des dépôts d'argent pour purifier le sang, prévenir les palpitations du cœur et traiter la... mauvaise haleine !
 

 4. Un peu plus tard (1520), le fameux Paracelse, l'un des plus grands alchimistes de la Renaissance utilisait l'argent en ingestion et utilisa du nitrate d'argent comme caustique pour le traitement des plaies, une pratique qui se poursuit encore aujourd'hui. En 1614, Angelo Sala utilisa aussi le nitrate d'argent en ingestion comme révulsif, purgatif, et pour le traitement des infections du cerveau.

 

A l'époque des premiers pionniers sur le continent nord-américain, l'eau était transportée sur de longues distances, et il était courant de déposer des pièces d'argent dans le récipient de transport pour préserver l'eau. Cette pratique a également été utilisée pour conserver le lait et ralentir sa détérioration, sans savoir que l'argent était à l'origine un moyen d'inhiber la croissance bactérienne. 

 

Les familles privilégiées utilisaient des ustensiles en argent et ont souvent développé une coloration gris-bleuâtre de la peau, ce qui leur valut le surnom de ''Sang Bleu". Il a été signalé qu'elles ont aussi été associées à un taux de mortalité réduit pendant les épidémies de peste et d'autres maladies infectieuses. 

 

03   Au 19ème et début 20ème, l'argent continue

 En 1800, il était largement admis que le vin, l'eau, le lait, et le vinaigre restaient purs plus longtemps lorsque stockés dans des récipients d'argent. Le nitrate d'argent a également été utilisé avec succès pour traiter les ulcères de la peau, des fractures composées et des blessures suppurantes.

 

a. Une des contributions majeures à l'utilisation médicale de l'argent était par le docteur J. Marion Sims en 1852. Sims s'est attaqué au problème des fistules vésico-vaginales (communication anormale entre la vessie et le vagin entraînant une perte involontaire d’urine), qui apparaissent suite à un accouchement, et qui touchait en particulier la femme esclave.

Ces jeunes femmes, qui étaient préalablement en bonne santé, furent rejetées socialement du fait de leur incontinence continue, impureté et puanteur. Sims eut le coeur à l'ouvrage: il garda ces femmes esclaves dans un petit hôpital près de son domicile afin qu'il puisse être plus attentif à leurs soins.

 

 

Il essaya plusieurs fois de réparer les fistules chirurgicalement en utilisant la norme

pour faire des sutures à l'époque, à savoir la soie, mais ces tentatives ont toutes échoué. Convaincu que l'argent avait des propriétés curatives, il a fait produire par son orfèvre des fils en argent fin qu'il a ensuite utilisés comme sutures pour fermer les fistules. Ce fut un grand succès, le résultat fut constaté sur une femme esclave nommée Anarcha, qui avait précédemment subi 12 opérations en utilisant de la soie pour la fermeture. Sims est reconnu comme le premier chirurgien américain à atteindre une renommée internationale, voyageant à travers l'Europe pour démontrer ses techniques efficaces.

 

b. Une autre contribution fondamentale a été faite dans les années 1880 par le Docteur Carl Franz Siegmund Crede, un des plus célèbres obstétriciens allemands, pionnier de l'utilisation du nitrate d'argent dans les yeux de nouveaux nés afin d'éviter l'ophtalmie neonatorium (ophtalmie gonococcique)[4].  

 

Il a d'abord utilisé une solution à 2 %, mais cela fut réduit à une solution à 1 % du fait de l'irritation qu'engendrait la concentration à 2 %. Ce fut une thérapie très efficace : il obtint une réduction considérable de l'incidence de l'ophtalmie neonatorium passant de 7,8 % à 0,13 % en 13 ans ! En raison du succès de cette procédure, il fut introduit dans le monde entier, à tel point, que dans de nombreux pays, cette thérapie a été mandatée par la loi et a persisté jusqu'à l'introduction des... antibiotiques.

 

c. En 1893, Karl von Nägeli, botaniste suisse rapporta que des bactéries mises en contact avec une solution de nitrate d'argent (concentration de 10 PPM), l'argent colloïdal, mouraient en trois ou quatre minutes.

 

d. Halsted était l'un des premiers chirurgiens américains à défendre

l'utilisation de feuille d'argent pour les pansements et sutures qui ont

souvent été utilisés dans des incisions chirurgicales pour prévenir les infections.

 

e. Le chirurgien B.C. Crede est considéré comme le premier à avoir utilisé… l'argent colloïdal pour l'antisepsie (sepsie=putréfaction) des plaies en 1891, après avoir observé Halsted appliquer des feuilles d'argent sur les plaies pour traiter les infections[1,2]. 

 

L'application ciblée des sels d'argent est devenue un traitement commun. Il a aussi utilisé du nitrate d'argent pour le traitement de brûlures dans les années 1890, bien avant sa récente redécouverte.

 

f. Durant l'épidémie de H1N1, dite "Grippe Espagnole", qui était une variante de la peste du Moyen-âge, le Dr Edouard Prouvost fut amené à traiter de très nombreuses personnes atteintes. Dans son  livre édité par Jouve Cie en 1919, "Remarques Cliniques et thérapeutiques sur l'épidémie de grippe de 1918", le Dr Prouvost saluait les très bonnes performances de l'argent colloïdal en intraveineuse.

 

g. En 1929, un autre chercheur, le Dr Albert Schweitzer, rapporta que tous les agents pathogènes se trouvaient éliminés, quand l'eau était traitée avec des nano-particules d'argent porteuses d'une charge électrique. Le terme argent colloïdal n'était pas encore en usage comme aujourd'hui, mais ses vertus étaient déjà démontrées en laboratoires. Albert Scweitzer démontra également que ce traitement n'était pas nocif vis à vis des micro-organismes bénéfiques. 

 

04   1940 ou l'avènement des antibiotiques

Sir Alexander Fleming, un biologiste écossais, définit de nouveaux horizons pour les antibiotiques modernes avec ses découvertes de l'enzyme lysozyme (1921) et la pénicilline (1928). La découverte de la pénicilline à partir du champignon Penicillium notatum perfectionne le traitement d'infections bactériennes telles que la syphilis, la gangrène ou la tuberculose. 

 

Une nouvelle ère s'ouvre : celle des antibiotiques. Petit à petit, les antibiotiques gagnent des parts de marché, et de nouvelles familles émergent. On en compte 5 grandes aujourd'hui.

 

Pour en savoir plus sur l'histoire des antibiotiques, nous avons rédigé une page à cet effet.

 

 

05   L'émergence de "supers microbes" coïncide avec le retour de l'argent

Avec l'augmentation significative des bactéries résistantes aux antibiotiques dans les années 1970, les autorités nationales ont commencé à s'inquiéter. Le phénomène des "super microbes" est jugé important au point que l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) a classé ce péril comme étant le plus grand danger du genre humain.

 

Un chercheur, dénommé Robert O. Becker, s'est penché sur des alternatives viables pour lutter contre ce fléau. Auteur de 2 livres à succès, "le corps électrique" et "L'électromagnétisme et la vie". Il a démontre que les ions argent générés électriquement peuvent guérir l'ostéomyélite et tuer de nombreux agents pathogènes résistant aux antibiotiques.

Dans les années 90, c'est cette fois-ci le docteur Bob Becker (aucune affiliation avec le précédent) qui va populariser aux États-Unis l'argent colloïdal. Comment s'y prend-il? Il va mettre en place le protocole BobBeck de bioélectrification. Il découvre à ce même moment les atouts de l'argent colloïdal, ce qui le poussera à fabriquer une machine à fabriquer de l'argent colloïdal chez... soi.

 

Et grâce au réseau des réseaux, l'information a traversé la frontière et est arrivée en France, et ce n'est sans doute pas par hasard que vous lisez ces lignes. La bonne nouvelle c'est que petit à petit l'argent colloïdal est de plus en plus connu, il y a encore beaucoup de chemin à parcourir mais le graphique plus bas sur les recherches Google est encourageant : les Français  se désintéressent progressivement des antibiotiques et découvrent le fabuleux argent colloïdal !

MAIL

 

 

 

CONTACT

Institut Katharos

59 bd de la République

Aix-en-provence - 13100

FRANCE

0 805 38 43 43

ACHETER

 

 

 

 

Un spray de 100 ml  contenant  de l’argent colloïdal d’une grande pureté.
                                
En savoir plus >

Solution d’argent colloïdal 100% naturelle. Recharge 500 ml.
                                 En savoir plus >

L’argent colloïdal n’a plus de secrets pour vous ! Voici le format 1L à prix compétitif.
                                 En savoir plus >

Contactez-nous à contact@institut-katharos.com pour connaître nos conditions.